Plongée Arc-en-Ciel
Activateur de sourires

Categories

Accueil > A propos de PAEC > Photos et comptes-rendus de voyages > Nouvelle Calédonie

19 mai 2008
Voyages PAEC

Nouvelle Calédonie

par Patrick B. et Bruno A.

Grande Terre ? Iles des Pins & Loyauté ?

C’est la Nouvelle Calédonie, 3ème plus
grande île du Pacifique à 20000km de la
France et 1500km d’Australie, 500km sur
60km, 3000 espèces végétales dont 2600
uniques au monde.

Côté plongées, des
petites structures fort sympathiques nous
assurant une grosse faune : requins gris,
marteaux, raies léopards et mantas, tricots
rayés (serpents venimeux), perroquets à
bosse, platax, et tortues.

Grande Terre : barrière de corail de plus de
1600km formant un des plus grands lagons
du monde, et Nouméa, ville très
européenne connue comme la ville aux 7
collines aux nombreuses maisons de maître
coloniales. Inversement hors de la capitale,
les traditions demeurent très ancrées et la
vie est organisée en tribus.

Ile des Pins, la plus proche du paradis avec
ses pins colonnaires aux formes
assurément phalliques aux eaux turquoises
et sable fin comme la piscine naturelle
d’Oro, dégustation entre amis de
« bougnas » à base de taros, ignames,
tomates, bananes, lait de coco, poulets ou
poissons cuits à l’étouffée.

Bousculées dans leur passé, Grande Terre
et l’Ile des Pins ont servis de bagne sans
barreau au 19ème siècle pour 3000 déportés
communards, car entourées d’eau et de
prédateurs marins. La visite de ces prisons
en pleine nature dégage encore une
sensation de misère extrême et de maladies
alors que certaines en ruine sont le paradis
des photographes. Ces impressions
ressenties ne laissent aucune place aux
fantasmes possibles à la vue des geôles
visitées et supposées partagées en nombre.
Dommage !

A l’inverse, la rencontre au
coucher du soleil d’un bataillon complet de
militaires torses nus et en sueurs grimpant
où nous étions nous a fait fantasmer au
possible (imaginez Bruno….), surtout quand
ce site était un ancien fort avec de multiples
canons et de geôles avec grilles et barreaux
laissés à l’abandon à Dame nature avec
des préservatifs sur le sol.

Lors de notre
périple auto-tour avec un pick-up 4x4, nous
avons approché de près nos autochtones
en faisant « taxi-brousse », quoi de mieux
pour discuter. Au sud et nord, de très
importantes mines de nickel à ciel ouvert
imprégnant tout objet et organisme vivant à
des kilomètres autour, laissant un paysage
lunaire rouge ocre. Impressionnant !

Terminant notre périple, nous avons plongé
dans la nuit calédonienne, concentrée sur la
baie des Citrons où se trouvait notre hôtel –
deux clubs fortement gay-friendly à la
clientèle mixée de locaux et militaires très
sexy en débardeurs et bermudas à fleurs,
accessibles uniquement quant ils ont
dépassé leur « niveau liquide » maxi. Quand
on est impatient, c’est dur !

Voyage formidable mélangeant de très
belles plongées, le poids du passé et une
orientation vers un avenir prometteur. A
revenir !

Patrick B. et Bruno A.

Voir en ligne : Un extrait de notre journal trimestriel n°11