Plongée Arc-en-Ciel
Activateur de sourires

Categories

Accueil > A propos de PAEC > Photos et comptes-rendus de voyages > L’Île Maurice : Un paradis pour débuter !

7 avril 2008
Association PAEC

L’Île Maurice : Un paradis pour débuter !

Par Eric D.

Grâce à Fred D., Sylvain en faux débutant et
moi-même en vrai débutant, avons préparé
assidûment cet automne l’Open Water Diver
après un baptême PAEC réussi.

Pour fuir la grisaille parisienne et en profiter
pour réaliser nos plongées en milieu naturel,
nous voilà donc loin : Flic en Flac à l’Ile
Maurice. C’est paraît-il une destination peu
prisée des plongeurs mais ici c’est Noël en été,
les flamboyants sont rouges vifs, les fruits mûris
au soleil... et pour commencer c’est déjà pas si
mal...

Comme usuellement à l’île Maurice, l’accueil
est chaleureux au centre PADI de l’hôtel « la
Pirogue ». Jean-Marc dit « nounours » sera
notre instructeur. Fini les carreaux de la piscine.
Que du bonheur !

Direction le site dit l’aquarium pour LA
première. On nous porte nos bouteilles jusqu’au
bateau. Service 4* et le matériel est en bon
état (important pour un débutant comme moi) !
Mon premier saut droit... Pas de choc
thermique ! L’eau et l’air sont à 28° C.- le choc
vient d’ailleurs : il est visuel, une multitude de
poissons aux couleurs du Rainbow Flag puis un
danseuse espagnole rouge qui danse sous nos
yeux.

A mesure que le calme s’installe, ma
stabilisation s’améliore, la pression de nos
rythmes parisiens s’évacue... et je suis déjà sur
la réserve !

Retour au farniente pendant que Sylvain repart
plonger au centre du Sofitel Impérial avec
Nasser l’instructeur aux allures d’Omar Sharif.
Seconde plongée avec un peu de houle et du
courant (impensable dans l’Océan Indien ? ben
non !), remontée le long du bout qui mène à
l’avant du bateau... mon palmage n’est pas très
bon alors je dois redoubler d’effort. Difficile de
descendre le long du cordage qui amarre notre
embarcation... J’hésite à lâcher le bout qui
ondule de plus d’un mètre... Pour un OWD
comme moi, j’imagine que c’est l’équivalent
d’un site difficile pour un N2, c’est formateur...
Au fond, décollage d’une raie, d’au moins 2
mètres d’envergure qui prend son envol,
perturbée par le banc « d’humains bulleurs ».
Les plongées s’enchaînent. Première bascule
arrière, exercices variés, vidage de masque
(beurk ! j’aime pas du tout cela). Mon binôme
(un peu stressé ?) me tient par la main pour la
balade de fin de plongée.

Jean-Marc nous signale un « porc-épic » (un
poisson avec une sale tête qui semble très gros
même rétréci d’un tiers). Il reste là immobile à
l’aplomb d’un tombant. Puis au détour d’un
relief un immense poisson bariolé. Des
anémones, un serpent de mer noir et blanc, un
banc de poissons qui ressemblent à des
dorades, des poissons pierres, des murènes,
bref le pied...

Déjà la fin de semaine, Jean-Marc a complété
notre carnet de plongée avec les sites visités
qui portent bien leurs noms : aquarium, roche
ananas, jardin de corail... Demain pas
d’exercices, une balade tranquille à 17 mètres
avec une bonne visibilité dans un véritable
jardin aquatique. Un requin qui traîne dans le
coin est absent au rendez-vous : il va falloir
revenir... D’ici là, entraînement avec les autres
membres du PAEC et pourquoi pas un voyage
PAEC adapté aux « débutants » ?

Merci encore à Sylvain mon pacsé « binôme »,
à Fred D., et tous les autres membres de PAEC
grâce auxquels j’ai pu découvrir une autre
planète !

Quant à ceux qui tomberaient par hasard sur
cet article et qui n’imaginent pas plonger un jour
– j’étais de ceux là - essayez donc !

Voir en ligne : Un extrait du journal trimestriel n°12