Plongée Arc-en-Ciel
Activateur de sourires

Categories

Accueil > A propos de PAEC > Photos et comptes-rendus de voyages > Notre rêve polynésien 2006

12 mai 2008
Voyages PAEC

Notre rêve polynésien 2006

Par Sylvain et Jean-Marc

Nous en avions toujours rêvé de la Polynésie et
nous en faisions une fixation. Le prix nous
retenait un peu, beaucoup. Préparé à deux
reprises, et puis reporté, ce voyage nous
hantait. On avait déjà pas mal bourlingué à
travers le monde. Notre rêve se rapportait aussi
bien aux spots de plongée dans les passes
d’atoll peuplées de « gros », que des
Polynésiens au physique sculpté dans les
vagues, tatoués (mais pas trop)...Mais on ne vit
qu’une fois !

Fin 2005, nous décision fut prise, on partirait
trois semaines en août 2006, en « hiver », mais
reconnu comme la meilleure période de
l’année : pas trop chaud, pas trop de pluie.
Le jour J approchait à grands pas ; surtout ne
rien oublier. Ne pas faire de fixation sur le
matériel de plongée ; ni sur nos maillots de bain,
on trouverait des paréos sans problème.
28 Juillet : départ de Paris. Quelques heures
plus tard, escale chez nos « amis » américains
à LA : fouilles et refouilles, sans oublier la photo
souvenir pour leurs archives et nos empreintes
de doigts. 3h plus tard, on arrivait enfin à Tahiti,
après 22 heures de vol ! Un peu plus tard, on
décollait dans un coucou d’Air Tahiti pour notre
première destination, MOOREA. Quelle belle
île ! Mais pas encore aussi belle que BORA
BORA, joyau unique en son genre.

Notre rêve n’allait toutefois pas réellement
opérer sa magie : les bungalows locaux
appelés farés étaient originaux mais pas à l’abri
de toutes critiques. Construits sur pilotis, ils
laissaient tout loisir aux gallinacés locaux de se
balader et surtout de vous réveiller pendant la
nuit. L’accueil était souvent chaleureux.
Malheureusement, nos beaux adonis n’étaient
pas au rendez-vous !!! On s’est même inquiété
de ne pas en voir beaucoup, voire aucun. Soit
ils n’existent que dans les dépliants d’agences
de voyage, ou quelqu’un les avait prévenus de
notre arrivée et ils s’étaient cachés !

Belles plongées à l’extérieur des atolls. Requins
à foison : citrons, gris à pointes noires, gris de
gris, dormeurs, etc. Très sympas, connaissant
les moniteurs presque par leurs prénoms, à
force d’être « sharkfidés »... Charmantes
tortues, quelques raies, pour rester dans les
« gros » ; mais aussi toute la faune locale plus
petite, curieuse, sans oublier les très beaux
massifs de coraux encroûtant, éléphantesques.
On restait malgré tout sur notre faim. La tension
montait, mais l’espoir fait vivre.

On ne fut pas déçus. Quelques jours plus tard
on embarquait dans les TUAMOTU à
FAKAVARA, sur un charmant catamaran
« Aquatiki », piloté par un vrai breton auquel
manquait tout le charme polynésien qu’on avait
espéré pouvoir lui trouver ....
La vie à bord était délicieuse, le temps passait
gentiment, on découvrait enfin les atolls dont on
avait tant rêvés « à la Robinson », mais envahis
pas des détritus dérivants, signes de l’évolution
de notre civilisation moderne.

Mais le plus merveilleux, le plus inattendu, ce
fut les fameuses plongées dans les passes des
atolls visités ; un courant souvent violent nous
entraînait (encadrés par une monitrice bien au
fait) sur des distances qui parfois se calculaient
en kilomètres, surveillés en surface et suivis par
le zodiac piloté par notre ami breton. Et dans
les passes, des requins par centaines ! Les
pauvres, ils devaient se demander ce que l’on
venait faire à leurs côtés ! Mais avec la même
taille que nous, ils pouvaient tout aussi bien
nous prendre pour des congénères !
Par moments l’on s’accrochait aux rochers pour
profiter de ces spectacles inoubliables. On
n’était pas déçus.

Cette inoubliable expérience a réussi à nous
faire oublier les moments moins charmeurs de
notre expédition. On rentrerait en métropole
sans arrière pensée.

Jean-Marc B. (MF2) et Sylvain T. (CMAS 3*)

Voir en ligne : Un extrait du journal trimestriel n°13