Plongée Arc-en-Ciel
Activateur de sourires

Categories

Accueil > A propos de PAEC > Photos et comptes-rendus de voyages > Croisière Espadon 2007

30 septembre 2007
Voyages PAEC

Croisière Espadon 2007

du 31/08 au 3/09/2007

Un article de Daniel M. paru dans le Journal PAEC n°14

Britannique d’origine, je rêvais de faire de la
plongée sous-marine dans le Grand Bleu, en
parfait compromis entre la mer chaude des
caraïbes et la mer froide du nord de l’Europe.
N’arrivant pas à organiser tout seul un weekend
de plongée, j’ai eu la merveilleuse idée de
m’inscrire à Plongée Arc en Ciel (PAEC).
Etant sûr de trouver de bons « buddies » pour
les plongées et de bons vivants pour l’apéro le
soir. L’opportunité s’est présentée en week-end
croisière de 3 jours sur un bateau L’Espadon
autour des Iles de Port Cros et Porquerolles.

Début du trajet jeudi après-midi : 10 personnes
sur le quai devant le TGV avec d’énormes sacs
de plongées. Nous sommes tous montés dans
le train sauf Pierre qui a raté le départ. Il était
en train de prendre un café à la gare
tranquillement ! Prenant un TGV à Marseille 15
mn plus tard, Pierre est même arrivé à Toulon à
la même heure que nous.

Impressionné par l’organisation à la gare de
Toulon : 2 voitures nous attendaient pour nous
amener à Cavalaire où se trouvait le bateau.
Enfin, arrivés à l’Espadon, Philippe, le
Capitaine, nous accueilli chaleureusement.
Nous fîmes connaissance : 9 beaux garçons et
1 fille (dont un couple hétéro super sympa et
très à l’aise).

Ex homme d’affaires de Paris, Philippe, le
capitaine pratique la plongée depuis 40 ans.
Décidé de changer de vie, il propose depuis 5
ans des croisières de plongée avec l’Espadon.
Très gentil, Philippe était tout suite déterminé à
se souvenir de nos prénoms, de nous offrir un
programme à la carte pour les prochains trois
jours et nous a présenté son beau skipper,
Olivier. Embauché spécialement pour nous ?
Olivier, torse nu, était un vrai « eye candy » (un
bonbon pour les yeux) comme on dit en anglais.

Première journée avec deux plongées ; une sur
le Togo, bateau de croisière de 1918 à 55 m. Je
n’avais jamais plongé aussi profondément.
Comment allais-je faire ? J’étais un peu nul et ai
eu une bonne attaque de narcose de nitrogène
qui m’a bien désorienté. Heureusement, mes
deux « buddies » étaient fantastiques. Ils m’ont
encadré pendant la plongée et après, m’ont
aidé à comprendre comment faire une plongée
profonde. Quelle chance d’être tombé sur un
groupe de gars prêts à partager leur grande
expérience. La deuxième plongée était sur un
sous-marin fort impressionnant de la deuxième
guerre mondiale, le Rubis, à 45 m. La proue
pointait vers la surface, comme pour lancer un
missile.

Première nuit dans le petit port de Port Cros,
incroyable de beauté et de tranquillité.

Deuxième journée avec deux autre épaves, Le
Bargeau Congrest à 48m et le Sec de la
Gabinière à 35 m. Trouvant bizarre que le Sec
de la Gabinière transportait du pinard pour
l’armée française, dès le lendemain, mes
doutes que l’armée française n’avait aucune
chance de gagner une guerre avec tout ce
pinard, étaient confirmés. Nous avons plongé
sur une autre épave, le Sagona or ‘Grecque’
remplis également de pinard.

Deuxième nuit, nous avons jeté l’ancre dans
une crique au sud de l’île de Porquerolles,
presque seuls à part un ou deux autres
bateaux, comme si nous avions fait partie d’un
club de jet setters avec notre bateau privé dans
ce coin isolé. Après l’apéro quotidien et un bon
dîner nous avons assisté à un exercice
d’entraînement d’une équipe de sauveteurs à 1
kilomètre de notre bateau, avec hélicoptère
équipé d’une grue pour remonter les rescapés.

Dernière journée, lever tôt pour profiter de deux
plongées. A 8h du matin la meilleure avec une
mer calme et remplie de poissons en train se
nourrir et celle de 11h30 avec un courant
monstrueux. Enfin, dernier apéro et un bon
déjeuner sur le bateau.

A 14h, arrivée au port d’Hyères avec un peu de
retard et néanmoins à la gare avec quelque
minutes en main. Dans le train nous avons eu
notre petit goûter sous forme d’un dernier apéro
Arrivé à Paris vers 20h, très satisfait de mon
week-end, je suis allé me coucher en pensant à
une autre opportunité de plonger avec le club.

Voir en ligne : Un extrait de notre journal trimestriel n°14